Action “Paradise Papers” contre Nike

nike

Sans les routes et les chemins de fer, financés par l’argent public, Nike ne pourrait pas amener ses articles et ses clients jusqu’à ses magasins.


Sans l’Education nationale, financée par l’argent public, Nike ne bénéficierait pas de salarié-e-s formé-e-s qui vendent ses produits.


Sans le système de santé, financé en partie par l’argent public, Nike ne bénéficierait pas de salarié-e-s en pleine forme pour travailler.


Sans les personnels des tribunaux de commerce, financés par l’argent public, Nike ne pourrait pas se retourner contre ses concurrents pour protéger sa marque ou ses secrets industriels.


Et même, sans la police, financée par l’argent public, Nike ne bénéficierait pas d’une protection de ses magasins contre les personnes légitimement énervées par ses pratiques!


Nike pourrait au moins payer loyalement ses impôts afin de contribuer un peu au financement de ces services publics. Mais les Paradise Papers ont révélé que Nike utilise un système opaque et secret, pour éviter de payer les milliards d’euros d’impôts sur ses bénéfices, et n’a payé que 2 % d’impôt (au lieu de 25 % pour la moyenne des entreprises en Europe) !


Ne laissons pas les multinationales Niker nos services publics !


Rassemblement le mercredi 22 novembre à 18h30 devant le magasin « Nike Factory Store Rennes », dans la galerie du centre commercial Leclerc Saint Grégoire (Bus C2, 12, 14 ou 78, arrêt La Plesse).


Modalités d’action : chacun-e entre discrètement dans la galerie et lorsque la banderolle sera déployée devant le magasin, nous nous rassemblerons, nous distribuerons ce tract et crierons des slogans.