Les jeudis du travail: prochain atelier le jeudi 13 juin

Ensemble et La Bouffée proposent 5 jeudi sur le travail  à la Maison de Quartier de Villejean ou à la Maison des associations. Le principe de chaque soirée est de mélanger des échanges collectifs et des “grands témoins” (respectivement la sociologie du travail, les partis politiques, les syndicats, les coopératives de production, les grévistes).

Notre intention est clairement d’interroger la notion de travail, de libérer les témoignages sur la souffrance au travail, de donner la parole aux – et sur les – projets politiques et syndicaux pour changer le travail, de mettre en débat les structures coopératives du travail, de réfléchir aux moyens de lutter dans le travail et aux objectifs des luttes.

Le 1er jeudi sur le travail a eu lieu le 31 janvier dernier et a réuni environ 70 personnes qui ont énergiquement échangé sur la notion de travail avant d’écouter une sociologue venue nous faire part de ses recherches sur les nouvelles formes de travail gratuit et d’exploitation. Les débats furent riches et prometteurs pour la suite.

Le deuxième Jeudi du travail (28 février) a d’abord permis d’entendre les attentes fortes d’alternative politique des 40 personnes présentes, certaines témoignant de leurs souffrances au travail et de leur désir de changement en matière d’organisation du travail.
Les partis politiques de gauche étaient invités à faire des propositions et plusieurs étaient représentés : Alternative Libertaire, Ensemble, France Insoumise, NPA, Mouvement des Jeunes Communistes.

Le 3ème jeudi sur le travail a eu lieu le jeudi 28 mars dernier et a réuni environ 40 personnes qui ont échangé sur les propositions des syndicats pour le monde du travail

Le 4eme jeudi sur le travail a eu lieu le 25 avril dernier et a réuni 30 personnes qui ont échangé sur les SCOP et les alternatives dont elles sont porteuses.

Le 5ème jeudi sur le travail aura lieu jeudi 13 juin de 18 h 30 à 20 h 30 à la Maison de Quartier de Villejean 

Voici le contenu de l’atelier n°5, mais n’hésitez pas à consulter le 4 pages pour découvrir le contexte de ces initiatives !

ATELIER 5 : Jeudi 13 juin de 18 h 30 à 20 h 30 à la Maison de Quartier de Villejean, 2  Rue de Bourgogne, Rennes (métro Kennedy)
La grève reste-t-elle un bon moyen de lutter dans son travail ? 
Que faire sinon ?
Le recours à la violence est-il justifié ?
Faut-il « supprimer » les patrons ?
Quels moyens de lutte pour quelle société ?

18 h 30 – 19 h 30 = échanges collectifs
19 h 30 – 20 h 30 = Qu’en pense le travail en grève ? 

Intervention annoncée de plusieurs grévistes de différents mouvements en lutte.

Les jeudis du travail: prochain atelier le 25 avril

ATTENTION: le lieu de cet atelier a été initialement annoncé par erreur à la maison des associations, mais il se tiendra à la Maison de Quartier de Villejean!

 

Ensemble et La Bouffée proposent 5 jeudi sur le travail  à la Maison de Quartier de Villejean ou à la Maison des associations. Le principe de chaque soirée est de mélanger des échanges collectifs et des “grands témoins” (respectivement la sociologie du travail, les partis politiques, les syndicats, les coopératives de production, les grévistes).

Notre intention est clairement d’interroger la notion de travail, de libérer les témoignages sur la souffrance au travail, de donner la parole aux – et sur les – projets politiques et syndicaux pour changer le travail, de mettre en débat les structures coopératives du travail, de réfléchir aux moyens de lutter dans le travail et aux objectifs des luttes.

Le 1er jeudi sur le travail a eu lieu le 31 janvier dernier et a réuni environ 70 personnes qui ont énergiquement échangé sur la notion de travail avant d’écouter une sociologue venue nous faire part de ses recherches sur les nouvelles formes de travail gratuit et d’exploitation. Les débats furent riches et prometteurs pour la suite.

Le deuxième Jeudi du travail (28 février) a d’abord permis d’entendre les attentes fortes d’alternative politique des 40 personnes présentes, certaines témoignant de leurs souffrances au travail et de leur désir de changement en matière d’organisation du travail.
Les partis politiques de gauche étaient invités à faire des propositions et plusieurs étaient représentés : Alternative Libertaire, Ensemble, France Insoumise, NPA, Mouvement des Jeunes Communistes.

Le 3ème jeudi sur le travail a eu lieu le jeudi 28 mars dernier et a réuni environ 40 personnes qui ont échangé sur les propositions des syndicats pour le monde du travail

Le 4ème jeudi sur le travail aura lieu jeudi 25 avril de 18 h 30 à 20 h 30 à la Maison de Quartier de Villejean 

Voici le contenu de l’atelier n°4 et l’annonce de la présence de plusieurs intervenants de SCOP, mais n’hésitez pas à consulter le 4 pages pour découvrir le contexte de ces initiatives et les prochains rendez-vous !

 

ATELIER 4 : Jeudi 25 avril de 18 h 30 à 20 h 30 à la Maison de Quartier de Villejean, 2  Rue de Bourgogne, Rennes (métro Kennedy)
Qu’est-ce qu’une coopérative de production ? 
Travaille-t-on autrement dans une coopérative ?
La hiérarchie se justifie-t-elle ? 
Les inégalités de revenu sont-elles légitimes ?
18 h 30 – 19 h 30 = échanges collectifs
19 h 30 – 20 h 30 = Qu’en pensent les coopératives de production ? 
Intervention annoncée de plusieurs coopérateurs de divers horizons.

 

Les jeudis du travail: prochain atelier le jeudi 28 mars

Ensemble et La Bouffée proposent 5 jeudi sur le travail  à la Maison de Quartier de Villejean ou à la Maison des associations. Le principe de chaque soirée est de mélanger des échanges collectifs et des “grands témoins” (respectivement la sociologie du travail, les partis politiques, les syndicats, les coopératives de production, les grévistes).

Notre intention est clairement d’interroger la notion de travail, de libérer les témoignages sur la souffrance au travail, de donner la parole aux – et sur les – projets politiques et syndicaux pour changer le travail, de mettre en débat les structures coopératives du travail, de réfléchir aux moyens de lutter dans le travail et aux objectifs des luttes.

Le 1er jeudi sur le travail a eu lieu le 31 janvier dernier et a réuni environ 70 personnes qui ont énergiquement échangé sur la notion de travail avant d’écouter une sociologue venue nous faire part de ses recherches sur les nouvelles formes de travail gratuit et d’exploitation. Les débats furent riches et prometteurs pour la suite.

Le deuxième Jeudi du travail (28 février) a d’abord permis d’entendre les attentes fortes d’alternative politique des 40 personnes présentes, certaines témoignant de leurs souffrances au travail et de leur désir de changement en matière d’organisation du travail.
Les partis politiques de gauche étaient invités à faire des propositions et plusieurs étaient représentés : Alternative Libertaire, Ensemble, France Insoumise, NPA, Mouvement des Jeunes Communistes.

Le 3ème jeudi sur le travail aura lieu jeudi 28 mars de 18 h 30 à 20 h 30 à la Maison des Associations, cours des alliés, à Rennes (à la sortie du métro Charles de Gaulle, à côté du CRIJ).

Voici le contenu de l’atelier n°3 et l’annonce de la présence de plusieurs syndicats, mais n’hésitez pas à consulter le 4 pages pour découvrir le contexte de ces initiatives et les prochains rendez-vous !

ATELIER 3 : Jeudi 28 mars de 18 h 30 à 20 h 30 à la Maison des Associations,

Cours des alliés, Rennes (métro Charles-de-Gaulle)

Quels projets syndicaux pour le monde du travail ?

Comment défendre les salariés ?

Que faire des patrons ?

La perspective de la fin du salariat reste-t-elle d’actualité ?

La division du travail est-elle un bon principe d’organisation ?

18 h 30 – 19 h 30 = échanges collectifs

19 h 30 – 20 h 30 = Qu’en pensent les syndicats 

 

Les jeudi du travail: prochain atelier ce jeudi 28 février

Ensemble et La Bouffée proposent 5 jeudi sur le travail  à la Maison de Quartier de Villejean ou à la Maison des associations. Le principe de chaque soirée est de mélanger des échanges collectifs et des “grands témoins” (respectivement la sociologie du travail, les partis politiques, les syndicats, les coopératives de production, les grévistes).

Notre intention est clairement d’interroger la notion de travail, de libérer les témoignages sur la souffrance au travail, de donner la parole aux – et sur les – projets politiques et syndicaux pour changer le travail, de mettre en débat les structures coopératives du travail, de réfléchir aux moyens de lutter dans le travail et aux objectifs des luttes.

Le 1er jeudi sur le travail a eu lieu le 31 janvier dernier et a réuni environ 70 personnes qui ont énergiquement échangé sur la notion de travail avant d’écouter une sociologue venue nous faire part de ses recherches sur les nouvelles formes de travail gratuit et d’exploitation. Les débats furent riches et prometteurs pour la suite.

Le 2ème jeudi sur le travail aura lieu jeudi 28 février de 18 h 30 à 20 h 30 à la Maison des Associations, cours des alliés, à Rennes (à la sortie du métro Charles de Gaulle, à côté du CRIJ).

Voici le contenu de l’atelier n°2 du jeudi 28 février et l’annonce de la présence de plusieurs partis politiques, mais n’hésitez pas à consulter le 4 pages pour découvrir le contexte de ces initiatives et les prochains rendez-vous !

ATELIER 2 : Jeudi 28 février de 18 h 30 à 20 h 30 à la Maison des Associations (métro Charles de Gaulle, Rennes)

Quels projets politiques pour le monde du travail ?

Comment changer le travail ? Que faire du profit ?

Faut-il sortir du capitalisme pour changer le travail et/ou inversement ?

Faut-il prendre le pouvoir pour réformer ou révolutionner le travail ?
18 h 30 – 19 h 30 = échanges collectifs
19 h 30 – 20 h 30 = Qu’en pensent les partis politiques de gauche ?

Intervention annoncée des partis suivants : Alternative libertaire (AL), Ensemble35, La France insoumise (LFI), Mouvement jeunes communistes de France (MJCF35), Nouveau parti anticapitaliste (NPA35), Parti de gauche (PG35)

La soirée se terminera par un pot collectif…

Les jeudis du travail

Ensemble et La Bouffée proposent 5 jeudis sur le thème du travail à la maison de quartier de Villejean ou à la Maison des associations. Le principe de chaque soirée est de mélanger des échanges collectifs et des “grands témoins” (respectivement la sociologie du travail, les partis politiques, les syndicats, les coopératives de production, les grévistes).

Notre intention est clairement d’interroger la notion de travail, de libérer les témoignages sur la souffrance au travail, de donner la parole aux – et sur les – projets politiques et syndicaux pour changer le travail, de mettre en débat les structures coopératives du travail, de réfléchir aux moyens de lutter dans le travail et aux objectifs des luttes.

Voici le contenu de l’atelier n°1 du jeudi 31 janvier et l’annonce de la présence de Maud Simonet, sociologue du travail, mais n’hésitez pas à consulter le 4 pages pour découvrir le contexte de ces initiatives et les prochains rendez-vous !

ATELIER 1 : Jeudi 31 janvier de 18 h 30 à 20 h 30 à la Maison de quartier de Villejean,
2 Rue de Bourgogne, Rennes (métro Kennedy), Salle Rosalie
Qu’est-ce que le travail ? Où commence le travail, où s’arrête-t-il ? Pourquoi travaillons-nous ?     Le travail rend-il « con » ou « libre » ? Faut-il travailler pour être heureux ou être heureux pour travailler ?                                                           

18 h 30 – 19 h 30 = échanges collectifs
19 h 30 – 20 h 30 = Qu’en pense la sociologie du travail ?

Intervention de Maud Simonet, sociologue du travail, auteure de Travail gratuit : la nouvelle exploitation ? (2018)

Les agressions sexuelles en milieu militant : et si on en parlait ?

La BOUFFÉE propose, jeudi 24 janvier 2019 au bar le Panama ,
un temps de discussion sur les agressions sexuelles en milieu militant.
Depuis trois ans, plusieurs cas ont divisé les forces militantes de la « gauche
radicale » rennaise. Des militants rennais ont été dénoncés nominativement
et publiquement pour avoir agressé des femmes.
À Rennes, comme ailleurs, les agressions sexuelles interpellent toute la « gauche radicale », notamment parce qu’elles provoquent des débats qui ne sont pas réservés aux milieux militants. Faut-il que les femmes portent plainte ? Systématiquement ou non ? Continue reading

Action “Paradise Papers” contre Nike

nike

Sans les routes et les chemins de fer, financés par l’argent public, Nike ne pourrait pas amener ses articles et ses clients jusqu’à ses magasins.


Sans l’Education nationale, financée par l’argent public, Nike ne bénéficierait pas de salarié-e-s formé-e-s qui vendent ses produits.


Sans le système de santé, financé en partie par l’argent public, Nike ne bénéficierait pas de salarié-e-s en pleine forme pour travailler.


Sans les personnels des tribunaux de commerce, financés par l’argent public, Nike ne pourrait pas se retourner contre ses concurrents pour protéger sa marque ou ses secrets industriels.


Et même, sans la police, financée par l’argent public, Nike ne bénéficierait pas d’une protection de ses magasins contre les personnes légitimement énervées par ses pratiques!


Nike pourrait au moins payer loyalement ses impôts afin de contribuer un peu au financement de ces services publics. Mais les Paradise Papers ont révélé que Nike utilise un système opaque et secret, pour éviter de payer les milliards d’euros d’impôts sur ses bénéfices, et n’a payé que 2 % d’impôt (au lieu de 25 % pour la moyenne des entreprises en Europe) !


Ne laissons pas les multinationales Niker nos services publics !


Rassemblement le mercredi 22 novembre à 18h30 devant le magasin « Nike Factory Store Rennes », dans la galerie du centre commercial Leclerc Saint Grégoire (Bus C2, 12, 14 ou 78, arrêt La Plesse).


Modalités d’action : chacun-e entre discrètement dans la galerie et lorsque la banderolle sera déployée devant le magasin, nous nous rassemblerons, nous distribuerons ce tract et crierons des slogans.

2ème réunion “contre le FN au 2nd tour”

La première rencontre visant à lancer un mouvement contre le FN au second tour de l’élection présidentielle a réuni 90 personnes le jeudi 17 novembre dernier à la MQ de Villejean.

Ce succès numérique a débouché sur la décision de continuer et de nous organiser, notamment en créant des groupes de travail qui seront mis en œuvre dès la prochaine rencontre.

La seconde rencontre aura lieu le jeudi 15 décembre

de 19 h à 21 h à la Fédération Syndicale Unitaire (FSU), 14 rue Papu à Rennes.

Le mouvement initié le 17 novembre est ouvert à tous et à toutes. Si vous n’avez pu assister à la première rencontre, n’hésitez pas à nous rejoindre car tout reste à faire et à construire !

La seconde rencontre se déroulera en 4 temps :

  • accueil collectif et constitution des groupes de travail ;
  • travail en groupes ;
  • collectivisation des échanges des groupes et organisation de la suite ;
  • apéritif.

APPEL A LA CONSTITUTION D’UN MOUVEMENT CONTRE LE FRONT NATIONAL AU SECOND TOUR

Première réunion ouverte à tous et à toutes le jeudi 17 novembre à 19h à la Maison de Quartier de Villejean (2 rue de Bourgogne, Rennes)

Les élections et les sondages se succèdent mais rien n’y fait : il semble acquis que le FN sera au second tour de l’élection présidentielle. On nous répond : « et alors ? On risque quoi ? De toute façon, au second tour, il perdra. Comme en 2002. »

C’est probable mais…


En 2002, la présence du FN au second tour fut une surprise et la défaite du FN a aussi été le produit d’un sursaut populaire qui, dans les urnes mais aussi dans la rue, a dit : NON ! Or, actuellement, où est le sursaut populaire ? On nous annonce que les urnes suffiront mais est-on sûr que l’on peut faire perdre le FN sans la rue ?

Nous refusons de prendre le risque.


Le FN a gagné son pari : à force de dédiabolisation, contrairement à 2002, il passe pour un parti comme un autre. Il est invité dans les émissions politiques et la plupart des partis acceptent de discuter avec lui, comme avec n’importe quel autre parti. Le FN n’est
pas un parti comme un autre. Pour s’en convaincre, il suffit de lire son programme !

Il continue d’être le seul parti qui fonde son programme sur la « priorité nationale », nouvelle expression qui est venue remplacer depuis 2012 la vieille « préférence nationale ».

Il continue d’être le seul parti à oser écrire que les politiques de la « diversité » sont des politiques de la « préférence immigrée », le seul parti à dénoncer les politiques de « la parité » ou les politiques multiculturelles car, écrit-il, « les premières victimes en sont les hommes blancs hétérosexuels ». Continue reading